France – Sénégal : Comment créer des ponts avec les diasporas ?

Admin 20 Apr 2022 Eco-monde Vue 103



La réponse à cette question semble difficile à apporter bien que les initiatives se multiplient. A l'instar de celle prévue en juin prochain à Paris avec le salon International Africain. Des opérateurs économiques, institutionnels et associatifs de cent pays africains attendus. Et les défis s'annoncent nombreux. Mais certains pays comme le Sénégal ont pris conscience de l'enjeu et décide de soutenir l'organisation de cet événement. 


Un événement inédit pour la diaspora Africaine. En effet, le Salon International Africain va regrouper près de 100 pays avec également un focus sur les Outre-mers françaises en juin prochain. 

Une occasion qui permet aux talents issus de la diaspora africaine d’une part, de venir exposer et partager leur savoir-faire et d’autre part de valoriser et mutualiser les expertises afin de mieux se déployer sur le continent africain. «Les diasporas connaissent d'importants défis en Europe aussi bien d'ordre social qu'économique. 

Et l'objectif de ce salon, c'est d'établir des ponts. Les diasporas ne doivent pas uniquement venir en aide au continent. La réciproque doit être aussi vraie», indique-t-on au de l'équipe. Alors même que les diasporas sont très courtisées en période électorale en France cette année. 

Le Sénégal à l'honneur

Parce que l’Afrique est un gisement de talents prometteurs et un continent dynamique, LAFIA a décidé de mettre en lumière le savoir-faire et l’excellence de ce continent et de ses partenaires.

Ainsi, pendant cinq jours les consommateurs, producteurs, fabricants, créateurs, acheteurs et de nombreux autres acteurs dans tous les domaines notamment l’agriculture, la technologie, le tourisme, la mode, la cosmétique… seront en action. « Le Sénégal nous fait l'honneur de nous accueillir pour un séjour d'une semaine afin de définir ensemble un partenariat pour un parrainage », une annonce faite par Maximilien Mahougnon, l’un des organisateurs de ce salon dédié aux talents africains issus de la diaspora. 

Mais la principale difficulté est de bien s'entourer. C'est la raison pour laquelle Bara Ndiaye, un référent de la diaspora sénégalaise en France, a décidé de se joindre à cette belle aventure. « Je milite depuis très longtemps en ce sens et tout naturellement j'ai rejoint ce beau projet », indique cet entrepreneur-consultant et expert dans les technologies. 

Une question de valeurs !

L'objectif de ces initiatives est la conception de passerelles entre le continent africain et les autres territoires. Forte de la richesse de ses ressources et de ses femmes et hommes de valeurs impactant toutes les générations et tous les domaines. 

C'est notamment cette vision qui est partagée entre Maximilien Mahougnon et Jean-Marc Fernandez. « On peut dire que c'est un fruit de leurs visions et valeurs communes », indique les membres du staff. Autant dire que l'enjeu en vaut la chandelle.

Rudy CASBI

Article similaire que vous pourriez aimer