Eradication de la faim : Le FIDA ouvrira un bureau au Japon

Admin 04 Feb 2021 Eco-monde Vue 493


Reconnaissant que les investissements dans les petits agriculteurs des pays en développement sont impératifs pour lutter contre la faim, la mauvaise nutrition et la pauvreté, le gouvernement japonais et le Fonds international de développement agricole (FIDA) des Nations Unies ont signé, jeudi 03 février 2021, un accord historique pour ouvrir le premier bureau de liaison du FIDA au Japon.


L'accord a été signé par Gilbert F. Houngbo, Président du FIDA, et l'Ambassadeur Représentant permanent du Japon auprès du FIDA, Oe Hiroshi.

Grâce à sa nouvelle présence au Japon, le FIDA renforcera son engagement avec le gouvernement, les parlementaires, le secteur privé, les universités et la société civile, et favorisera les partenariats et les échanges de connaissances et d'expertise, y compris dans les domaines des TIC au service du développement, en réduisant les pertes alimentaires, renforcer les chaînes de valeur alimentaires et améliorer la nutrition dans les zones rurales.  

«Le rôle de leader international du Japon en faveur d’une meilleure nutrition est plus important que jamais si nous voulons mettre fin à la faim d’ici à 2030», a déclaré Houngbo. «Cet accord reflète notre engagement commun envers cet objectif et nous donne l’occasion de travailler plus étroitement ensemble pour construire des systèmes alimentaires durables qui favorisent une alimentation saine, améliorent les revenus des populations rurales et renforcent leur résilience pour assurer l’adaptation au changement climatique.»

Les systèmes alimentaires dominés par les petites exploitations agricoles produisent plus de 70% des calories alimentaires en Afrique subsaharienne et en Asie du Sud et de l'Est. L'agriculture à petite échelle est également essentielle pour maintenir la diversité nutritionnelle. «Le Japon se félicite de la décision du FIDA d’ouvrir le Bureau de liaison du FIDA au Japon.

Le FIDA est un partenaire important du Japon pour relever des défis difficiles tels que l'insécurité alimentaire et la malnutrition ainsi que la pauvreté dans les zones rurales », a déclaré Oe Hiroshi.

«Nous pensons que ce nouveau bureau sera une plaque tournante solide pour élargir et approfondir l’engagement du FIDA avec diverses parties prenantes au Japon et tirer parti de meilleures connaissances et de meilleurs partenariats pour transformer les moyens de subsistance ruraux.»

Parvenir à la sécurité alimentaire mondiale

Le Japon et le FIDA partagent l'engagement de parvenir à la sécurité alimentaire mondiale et à une meilleure nutrition en mettant l'accent sur les pays à faible revenu et à revenu intermédiaire de la tranche inférieure, en particulier en Afrique et en Asie.

Le nombre de personnes qui souffrent de la faim a augmenté en raison du changement climatique et des conflits depuis 2015. En 2019, 690 millions de personnes souffraient de la faim, tandis que 2 milliards de personnes n'avaient pas accès régulièrement à une alimentation saine, nutritive et suffisante.

Les impacts socio-économiques de la pandémie de COVID-19 peuvent ajouter jusqu'à 132 millions de personnes au nombre total de personnes sous-alimentées dans le monde.

Le Japon est un membre fondateur du FIDA et l'un des principaux donateurs. Depuis son adhésion au Fonds en 1977, le Japon a contribué plus d'un demi-milliard de dollars pour plus de 572 millions de dollars EU, aidant des millions de petits agriculteurs à accroître leur production alimentaire et à améliorer leurs moyens de subsistance et leur nutrition.

Récemment, le Japon a réaffirmé son engagement envers le FIDA en annonçant un engagement important en faveur de sa douzième reconstitution, ouvrant la voie à un impact plus profond et élargi en 2022-2024.

 

Article similaire que vous pourriez aimer