Dialogue interprofessionnel sur la fiscalité : Des échanges sur « Décentralisation et Fiscalité Locale »

Admin 21 Jan 2022 Economie Vue 347



Un dialogue interprofessionnel sur la fiscalité s’est ouvert le jeudi 20 janvier 2022 à Lomé, sur le thème central de la décentralisation et la fiscalité locale. Une initiative de l’Office Togolais des Recettes (OTR) à travers son Institut de Formation Fiscale et Douanière (IFFD). Deux jours durant les participants vont échanger sur des thématiques tels que l’autonomie fiscale des élus locaux et des régions, rôle des bailleurs de fonds, meilleures pratiques sous régionales.


Jeter les bases de la création d’un cadre de gouvernance concertée visant à améliorer la fiscalité au niveau local. Ainsi se décline l’objectif du premier Dialogue interprofessionnel sur la fiscalité sous l’égide de l’OTR. 

Le thème central de cette rencontre de deux jours est intitulé « Décentralisation et Fiscalité Locale ». Kossi TOFIO, Directeur de cabinet représentant le ministre de l’économie et des finances a ouvert ce 20 janvier 2022, les travaux de ce dialogue Interprofessionnel sur la Fiscalité dont le thème est d’actualité car s’inscrivant dans le cadre du processus de décentralisation amorcé dans notre pays sous l’impulsion du Chef de l’Etat. 

C’est donc un élément clé du dispositif communal. Il est à rappeler que face aux enjeux de l’élargissement de l’assiette fiscale, d’accroissement des ressources des collectivités territoriales et aux diverses mutations dans le domaine de la fiscalité, il est impérieux de fédérer les énergies de tous les acteurs nationaux et internationaux en associant à cet effet, les professionnels, les universitaires, la société civile et les autres acteurs pour un partage mutuel d’expériences afin de proposer des solutions simples et adaptées aux réalités de notre pays. 

C’est ce qui justifie l’organisation de ce dialogue interprofessionnel sur la fiscalité.

 Les participants entendent capitaliser le savoir-faire opérationnel, acquérir les outils, les techniques, et attitudes comportementales et s’approprier les bonnes pratiques déployées selon les normes et standards internationaux.

Nécessité de moyens pour assurer des services publics de qualité

Les 117 communes ont besoin de moyens pour assurer des services publics de qualité. Les routes, l’éclairage public, les équipements sociaux, la gestion des déchets. 

« Il est question à l’issue de ce dialogue de proposer des stratégies efficaces pour promouvoir plus d’adhésion de la population au paiement des impôts en général et plus particulièrement des impôts locaux, gage du civisme fiscal et de l’amélioration de l’offre des services publics locaux par les collectivités territoriales. Pour ma part, je reste serein et optimiste en ce qui concerne la capacité du travail de nos chercheurs et de nos innovateurs. 

Le gouvernement, sous le leadership du Président de la République, ne ménagera aucun effort pour non seulement accompagner leurs efforts mais aussi mettre en œuvre les recommandations et les résultats issus de leurs travaux », a déclaré Kossi TOFIO, le directeur de Cabinet du ministre de l’Economie et des Finances, qui représentait Sani YAYA. 

Plus loin, le représentant du ministre de l’économie a indiqué qu’« au cours de ces dernières années, le gouvernement a mis en œuvre plusieurs réformes visant l’amélioration du climat des affaires et l’assainissement des finances publiques. 

Ces réformes ont permis à notre pays d’être classé premier pays réformateur en Afrique avec un bon significatif de 40 places par le rapport Doing Business 2020. 

En matière de mobilisation des recettes fiscales, nous avons enregistré, depuis l’opérationnalisation de l’OTR en 2014, un accroissement de 70,0% des recettes budgétaires passant de 458,2 milliards de FCFA en 2014 à 779,1 milliards de FCFA en 2021 avec en moyenne 13,1 milliards de FCFA par an au profit des collectivités territoriales. 

En dépit de ces résultats forts encourageants, beaucoup de défis restent à relever surtout au niveau des taxes foncières qui constituent leur principale source de recettes ». Première étage de la fiscalité locale, l’introduction de la taxe d’habitation applicable à tout locataire ou propriétaire. 











Article similaire que vous pourriez aimer