Marchés de capitaux africains : Dr. Edoh Kossi AMENOUNVE énumère les quatre tendances

Admin 17 May 2022 Economie Vue 357



Le panorama des grandes tendances qui animent les marchés de capitaux africains était au menu de l’intervention du Dr. Edoh Kossi AMENOUNVE, Directeur général de la BRVM et du DC/BR et président de l’Association des Bourses de Valeurs Africaines (ASEA) à l’Africa Capital Market Forum tenu les 12 et 13 mai 2022 à Casablanca, au Maroc.


Quatre tendances se dégagent sur les marchés de capitaux africains. Il s’agit notamment de l’intégration des marchés de capitaux sur le continent, tant au niveau régional qu’au niveau panafricain avec le projet d’interconnexion des bourses africaines ; de l’adoption des principes de la finance durable ; de l’ensemble des mécanismes mis en place afin de permettre aux PME africaines d’avoir accès au financement à long terme et de la mise en place de marchés de produits dérivés et de la digitalisation des opérations de marché. 

Le Directeur Général de la BRVM et du DC/BR, Dr. Edoh Kossi AMENOUNVE a participé le 12 mai 2022 au Forum sur les Marchés de Capitaux Africains, en sa qualité de Président de l’Association des Bourses de Valeurs Africaines (ASEA). Il a dans une allocution introductive, présenté le panorama des grandes tendances qui animent les marchés de capitaux africains. 

Dr. Edoh Kossi AMENOUNVE a indiqué que même si la capitalisation boursière totale des bourses africaines était faible, elle était tout de même en constante progression passant de 113 milliards de dollars américain en 1992 à 950 milliards de dollars américain en 2006, pour se situer désormais à plus de 1 580 milliards de dollars américain. 

Pour Dr. Edoh Kossi AMENOUNVE, les conditions de succès qui pourraient permettre le développement à long terme des marchés de capitaux africains et ainsi leur éviter un travail de Sizif sont entre autres, la volonté politique et les stratégies de développement axées sur les marchés de capitaux ; la mise en place d’une réglementation flexible, innovante et orientée développement ; la création d’un écosystème complet, efficace et mettant l’accès sur l’expertise des intermédiaires ; l’utilisation de la technologie pour combler le gap de l’inclusion financière et boursière.

Les marchés de capitaux à l’aune des grandes mutations

 L’Africa Capital Markets Forum (ACMF) 2022 s’est tenu les 12 et 13 mai prochains à Casablanca, sous le thème « les marchés de capitaux à l’aune des grandes mutations ». Organisé par « i-conférences » en partenariat avec la Bourse de Casablanca, la COSUMAF, le CREPMF, la BRVM et Perenity Software, ce rendez-vous a connu la participation de plus de 250 participants de près de 30 pays, indique « i-conférences » dans un communiqué. Ces participants représentent les ministères des finances, les régulateurs de marchés, les institutions financières, les bourses des valeurs mobilières, les sociétés de gestion et d’intermédiation, les consultants en stratégie, les fournisseurs technologiques ainsi que toutes les parties prenantes concernées par le développement des marchés de capitaux en Afrique du Nord, de l’Ouest et Centrale. 

L’organisation de cette édition témoigne de l’intérêt qu’accorde i-conférences à la promotion des marchés de capitaux africains tout en soulignant leur rôle dans le développement économique, fait observer la même source. Etaient au programme de ACMF 2022, deux journées de débats à la fois stratégiques et opérationnelles autour des approches qui permettront de consolider le rôle des marchés dans un contexte de relance, des enjeux liés à l’attractivité, à la profondeur et à la liquidité des marchés ainsi que la nécessité de favoriser le rapprochement des marchés régionaux. 

D’autres sujets en relation avec l’émergence de nouvelles techniques de financement, les initiatives visant à financer la croissance des PME par la bourse ou encore l’impact des produits dérivés sur les marchés étaient également au menu des échanges. Pour le président d’i-conférences, Hassan M. Alaoui, l’ « existence d’une forte corrélation entre le niveau de développement des pays africains, dits émergents, et le dynamisme de leur marché de capitaux ». 

C’est en effet là un constat encourageant que partagent les partenaires institutionnels de ACMF 2022. De son côté, Kamal Mokdad, Président du Conseil d’Administration de la Bourse de Casablanca, a affirmé que « les marchés de capitaux africains, et particulièrement les bourses, sont appelés à jouer un rôle de locomotive de développement afin d’inscrire notre continent sur une trajectoire de croissance pérenne et inclusive ». 

« Grâce à leur grande capacité à mobiliser l’épargne, les marchés de capitaux représentent une manne de financement pour les entreprises privées et publiques, et un soutien efficient de la relance des économies du continent », a-t-il fait observer.












Article similaire que vous pourriez aimer